Rumeurs sur la détection des ondes gravitationnelles

Ces jours-ci, le web foisonne de rumeurs sur une possible découverte d’ondes gravitationnelles par les détecteurs LIGO (voir par exemple ici). LIGO est un ensemble de plusieurs interféromètres au sol construits aux États-Unis. Ils ont récemment commencé à fonctionner dans une version avancée dont la sensibilité permettra probablement une détection des ondes gravitationnelles dans les années à venir. Est-ce déjà le cas? Eh bien, la rumeur dit que la détection a eu lieu simultanément dans deux détecteurs pendant un essai d’ingénierie (utilisé pour tester l’appareil).

Ce serait une information passionnante et une nouvelle fenêtre ouverte sur l’Univers.

Mais avant de se réjouir, cette rumeur doit être confirmée. Et pour être franc, la plupart des rumeurs de ce type ne sont jamais suivies par une confirmation, car de nombreux autres effets peuvent conduire à quelque chose qui ressemble à un signal. Rappelez-vous il y a quelques années les neutrinos qui se déplaçaient plus vite que la vitesse de la lumière. De plus, dans le cas de LIGO, il pourrait y avoir une raison encore plus sournoise: de faux signaux injectés dans les détecteurs. En effet, parce que les ondes gravitationnelles sont très difficiles à isoler des autres sources de bruit, les physiciens ont inventé une méthode «stress-garanti»: un petit groupe de physiciens de la collaboration injecte un faux signal d’ondes gravitationnelles dans le détecteur sans en avertir leurs collègues, juste pour s’assurer que le faux signal est identifié et interprété correctement. On m’a dit (information non vérifiée personnellement) que la dernière fois que cet acte malicieux a été commis, le reste de la collaboration avait commencé à écrire la publication annonçant la découverte avant d’avoir pu été informé de l’entrée du faux signal. Alors peut-être qu’une fois de plus, les physiciens de LIGO jouent avec leurs propres nerfs (faire cela pendant un essai d’ingénierie et non un test scientifique, serait un autre niveau d’espièglerie).

En tout cas, si cette rumeur se révèle être vraie, il faudra probablement attendre plusieurs mois avant que les nouvelles soient confirmées. Il n’y a pas de concurrence entre les détecteurs LIGO et Virgo (qui fonctionnent conjointement, la version avancée du détecteur Virgo en Europe sera prête l’année prochaine) et on peut donc imaginer que les physiciens vont prendre leur temps pour vérifier et revérifier les données avant d’annoncer une découverte aussi révolutionnaire.

Pierre Binétruy

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *