L’AAS attribue un prix 2017 à LISA Pathfinder

La mission LISA Pathfinder a reçu le prix 2017 Espace et Technologie de l’American Astronautical Society (AAS).

“Leur travail mérite vraiment une reconnaissance et nous voulons à l’AAS remercier et féliciter chacun des lauréats qui ont fait progresser la recherche et l’exploration spatiales.” Carol Lane,  Président de l’AAS.

Voir l’article sur le site web de l’ESA.

Orientation en terminale : Masterclass de Physique le 12 Février 2018

Le 12 février 2018 sera la Journée internationale des femmes et des filles de science promue par l’ONU. Le programme GENERA et le laboratoire APC (Astroparticule et Cosmologie) se sont associés pour célébrer cette journée particulière en organisant un Masterclass de Physique. Nous accueillerons les élèves de lycée, filles et garçons, pour leur faire découvrir la physique, le laboratoire et ses métiers.
Au programme :
  • une expérience sur les données du collisionneur LHC
  • une visite du laboratoire
  • un atelier sur l’égalité des chances fille et garçon
  • des rencontres avec les personnels du laboratoire
  • une visoconférence finale, en direct avec les élèves de toute l’Europe et les chercheuses du CERN !

Pour en savoir plus et s’inscrire, visitez la page officielle :  https://indico.in2p3.fr/event/17006/

Chaque élève doit s’inscrire individuellement. Les inscriptions sont gratuites mais obligatoires pour organiser la visite des locaux. Par ailleurs si certains professeurs souhaitent accompagner leurs élèves ou venir avec un groupe important (voire une classe), qu’ils n’hésitent pas à contacter:

Clémence Epitalon & Alessandra Tonazzo
Equipe GENERA France
APC – Bureau 541A – 10 rue Alice Domont et Léonie Duquet, 75013 Paris – 01.57.27.69.66

Les perturbations du champ de gravité utilisées pour la détection précoce des séismes et de leur magnitude

Des chercheurs IPGP, CNRS, Caltech et Université Paris Diderot ont observé des perturbations gravitationnelles produites par les tremblements de terre avant l’arrivée des ondes sismiques (se propageant entre 3 et 10km/s). Ces changements de gravité (d’un concept différent des ondes gravitationnelles récemment détectées) seraient donc un nouveau support d’information qui pourrait aider dans la détection précoce des tremblements de terre ou des tsunamis, et la détermination de leur magnitude. Leur travail, effectué sur la base des données du tremblement de terre de Tohoku en 2011 au Japon (magnitude 9,1), ouvre de nouvelles perspectives dans le domaine de la sismologie.

Les futurs travaux doivent améliorer la détection de ce signal faible lié à la gravité, particulièrement pour les séismes de faible magnitude. Les nouveaux instruments pourront bénéficier des technologies développées avec succès dans la détection des ondes gravitationnelles venant de l’espace.

Vous pouvez en apprendre plus (ci-dessous) sur ce travail conjoint des sismologues et des astrophysiciens publié dans Science le 1er décembre.

 

Communiqué de presse

Publication Science

 

 

La théorie de la relativité d’Albert Einstein à nouveau confirmée par Microscope

Le 4 décembre 2017, les premiers résultats des données reçues du satellite Microscope ont été annoncés. Ils confirment, pour le moment, le principe d’équivalence avec une précision de 2-14, ce qui est déjà 10 fois mieux que toutes les expériences précédentes. Le but de la mission Microscope est d’atteindre une précision de 2-15. Jusqu’à présent, les objets en chute libre tombent donc toujours à la même vitesse quelle que soit leur masse. Microscope confirme à nouveau la validité de la théorie de la relativité générale formulée par Albert Einstein il y a plus de cent ans.

Vous pouvez retrouver ci-dessous le communiqué de presse, les liens sur les publications scientifiques, et pour de plus amples explications lire, ou relire, nos articles publiés lors du lancement de la mission:

Pourquoi tester le principe d’équivalence
Comment tester le principe d’équivalence dans l’espace? La mission Microscope

MicroscopeV16_CP190-2017

3 articles disponibles sur ARXIV :

https://arxiv.org/abs/1712.01176  Touboul et al

https://arxiv.org/abs/1712.00483  Bergé et al

https://arxiv.org/abs/1712.00856  Fayet

LIGO et Virgo détectent pour la 1ère fois des ondes gravitationnelles produites par la collision de deux étoiles à neutrons

C’est le premier évènement cosmique observé conjointement par les ondes gravitationnelles émises et la lumière

Le 17 août 2017 à 12:41:04 UTC (14:41:04 heure de Paris) le réseau de détecteurs d’ondes gravitationnelles LIGO-Virgo a enregistré un signal d’ondes gravitationnelles émis par la coalescence de deux astres compacts appelés « étoiles à neutrons ». Cet événement est survenu seulement trois jours après la première détection conjointe LIGO-Virgo d’une fusion de trous noirs, GW170814.

La détection de signaux d’ondes gravitationnelles émis lors de la fusion d’étoiles à neutrons était attendue car les étoiles à neutrons sont des astres communs dans l’Univers, et parce que les télescopes radio avaient déjà détecté des systèmes binaires d’étoiles à neutrons. L’exemple le plus célèbre est le pulsar binaire découvert par Hulse et Taylor en 1974. En mesurant son orbite depuis 40 ans, les radioastronomes ont montré que les deux étoiles spiralent lentement l’une vers l’autre. D’ici 300 millions d’années environ, elles fusionneront en émettant un signal similaire à celui observé par LIGO-Virgo pour GW170817.

Au moment de l’événement GW170817, le réseau de détecteurs LIGO-Virgo était engagé dans sa deuxième prise de données (appelée « O2 »), que les détecteurs LIGO avaient démarrée le 30 novembre 2016 et que Virgo venait de rejoindre le 1er août 2017. Disposer de plusieurs détecteurs permet de localiser la source d’un signal dans le ciel, avec une précision qui s’améliore lorsque le nombre de détecteurs augmente. Pour cet événement, la source a été localisée dans une zone allongée (appelée boîte d’erreur), large de 2 degrés et longue de 15 degrés environ, couvrant une surface de 28 degrés carrés (visuellement, cela correspond à peu près à la forme et à la taille d’une banane tenue à bout de bras). La zone du ciel correspond à la constellation de l’Hydre, à proximité de l’étoile Psi Hydrae, visible à l’oeil nu.

 

Localisation de la source à partir des observations gravitationnelles, gamma et optiques. LIGO seul en vert clair, LIGO-Virgo en vert foncé, Fermi GBM (bleu foncé) et par triangulation de Fermi et INTEGRAL en bleu clair. L’insert montre la position de la galaxie hôte NGC 4993 dans l’image prise par le télescope Swope 10,9 heures après la fusion (en haut, à droite) et une image prise par DLT40, 20,5 jours après la fusion (en bas, à droite).

 

 

 

Pour la première fois, des ondes gravitationnelles et électromagnétiques provenant d’une même source astrophysique ont été observées. Les ondes gravitationnelles provenant de la fusion d’une binaire d’étoiles à neutrons sont observées pour la première fois. Les observations électromagnétiques confirment cette interprétation sur la nature de la binaire, et comprennent trois composantes à différentes longueurs d’ondes : (i) un sursaut gamma court, qui démontre que les fusions de binaires d’étoiles à neutrons sont à l’origine d’au moins une partie de ces sursauts, (ii) un transitoire (« kilonova ») allant de l’ultraviolet à l’infrarouge, conséquence de la fusion, qui a permis l’identification de la galaxie hôte, et (iii) des contreparties X et radio retardées, qui apportent des informations sur l’environnement de la binaire. Ces observations exceptionnelles offrent une description séquentielle complète des processus physiques en jeu lors de la fusion de deux étoiles à neutrons. Ces résultats démontrent l’importance des observations collaboratives en ondes gravitationnelles, électromagnétiques et neutrinos, et marquent le début de l’astronomie multi messagers.

Lire ici les publications complètes associées à cette annonce:

GW170817 : Observation d’ondes gravitationnelles émises lors de la coalescence d’un système binaire d’étoiles à neutrons

Mesure de l’expansion de l’Univers grâce aux ondes gravitationnelles

Histoire de la fusion de deux étoiles à neutrons racontée par plusieurs messagers cosmiques

Ondes gravitationnelles et rayons gamma émis lors de la fusion d’un système binaire d’étoiles à neutrons : GW170817 et GRB 170817A

 

Prix Nobel de Physique! LIGO et l’observation des ondes gravitationnelles

Le Prix Nobel de Physique 2017 vient d’être attribué à Rainer Weiss, et conjointement à Barry C. Barish et Kip S. Thorne « pour leurs contributions décisives au détecteur LIGO et à l’observation des ondes gravitationnelles ».

Pour plus d’informations:

Article du Laboratoire APC

Communiqué de Presse du CNRS

nobelprize.org

 

Ondes gravitationnelles : première détection conjointe LIGO-Virgo

Les scientifiques des collaborations LIGO et Virgo ont observé, pour la première fois avec trois détecteurs, des ondes gravitationnelles émises lors de la fusion de deux trous noirs. Ce résultat confirme le bon fonctionnement de l’instrument Advanced Virgo, qui s’est joint aux observations des deux détecteurs LIGO le 1er août et dont c’est la première détection. Il ouvre la voie à une localisation bien plus précise des sources d’ondes gravitationnelles. Cette première fait l’objet d’une publication de la collaboration internationale exploitant les trois détecteurs, qui comprend des équipes du CNRS, à paraitre dans la revue Physical Review Letters. Elle sera exposée lors d’un point presse en marge de la réunion du G7-science à Turin.

 

Localisation de la source des ondes gravitationnelles.

En jaune : localisation obtenue avec les deux détecteurs LIGO.

En vert : localisation obtenue en utilisant les données des trois détecteurs (LIGO et Virgo), par une analyse en temps réel.

En mauve : localisation plus précise obtenue après une analyse plus poussée.

© Collaboration LIGO-Virgo

 

GW170814

GW170814

 

Lire le communiqué de presse ici.

La publication complète:

GW170814: A Three-Detector Observation of Gravitational Waves
from a Binary Black Hole Coalescence
B. P. Abbott etal.
(LIGO Scientific Collaboration and Virgo Collaboration)

 

1 2 3 6