Lancement reporté

2015-12-01_LPF_postponed

Ce midi avant le déjeuner nous avons appris que le lancement n’aurait pas lieu cette nuit. Il y aurait un  problème thermique potentiel sur l’AVUM, le dernier étage de Vega qui assure le positionnement sur la bonne orbite. Les équipes de Vega et d’Arianespace se donnent 24 heures pour évaluer si cela est critique ou non.

Pour l’instant le lancement est planifié pour le 3 décembre à 4h04.

Visite des infrastructures du Centre Spatial Guyannais

2015-12-01_matin_Ariane5_launch_padAriane 5 sur la rampe de lancement

Ce matin nous avons fait une visite de 3 heures des installations du Centre Spatial Guyanais. Nous avons commencé par un point de vue sur le pas de tir de Vega et sur celui d’Ariane 5. La fusée Vega est toujours dans son bâtiment, elle n’en sortira que 2h40 avant le décollage. C’est assez émouvant d’imaginer que notre satellite LISAPathfinder est devant nous et attend d’être envoyé vers les étoiles.

2015-12-01_matin_Bunker_Controle_Vega_22015-12-01_matin_Bunker_Controle_Vega_1

Salles de contrôle d’Ariane 5 et de Vega

Nous avons ensuite visité le bunker contenant les salles de contrôle d’Ariane 5 et de Vega. Ce sont de véritables « cabines de pilotage » des fusées. Au passage, on peut voir le compte-à-rebours de la fusée à -14h27m48s et une vue en direct sur la fusée.

2015-12-01_matin_Next_Ariane5

Nous poursuivons par la visite du hall de montage d’Ariane 5. La fusée Ariane 5 se dresse Ariane 5 launch paddevant nous majestueuse sur sa table de contrôle.

A coté de la fusée, la rampe, le cordon ombilical de la fusée qui alimente la fusée en carburant jusqu’à 5 secondes avant le lancement.

Ariane 5

Pour finir, nous sommes allés sur le pas de tir de Soyouz avec une impressionnante vue sur la fosse permettant l’évacuation des flammes lors du lancement.de Soyouz.

2015-12-01_matin_Soyouz_launch_pad

Rampe de lancement  et la fosse d’évacuation

 

1er décembre 15:30 GMT

Antoine Petiteau

Textes : Antoine

Joseph Martino

Photos : Joseph

Arrivée à Kourou

2015-11-30_AtterissageCayenne_red

Après l’arrivée à l’aéroport (la réception des goodies !), un voyage de 11h depuis Paris, avec au passage 1h d’arrêt aux îles Canaries pour refaire le plein de l’avion, et 1h de bus depuis Cayenne nous voici arrivés à Kourou. Il fait beaucoup plus chaud que dans la métropole et les pluies sont intenses et fréquentes.2015-11-30_goodies_red

Concernant LISAPathfinder tous les voyants sont au vert. Les répétitions se sont correctement déroulées durant le week-end. Les activités de préparation se terminent demain en début d’après-midi (heure locale). Si cette étape se passe bien, normalement seule la météo peut encore nous jouer un mauvais tour !

Antoine Petiteau

Antoine (03:20 GMT)

Envoyés très spéciaux

Gravité! aura deux envoyés spéciaux à Kourou pour nous raconter le lancement de la mission LISAPathfinder. Suivez les commentaires qu’ils nous enverront toute la semaine.

Antoine Petiteau

Antoine Petiteau est maître de Conférences à l’Université Paris Diderot et responsable du groupe LISAPathfinder au laboratoire Astroparticule et Cosmologie.

Joseph Martino

Joseph Martino est un spécialiste du traitement des données de LISAPathfinder. Il travaille au Centre François Arago du laboratoire Astroparticule et Cosmologie.

Si vous avez suivi le cours Gravité! sur FUN, vous les avez tous les deux rencontrés dans la vidéo consacrée à la mission LISAPathfinder (focus de la semaine 5 consacrée aux ondes gravitationnelles).

Si vous parlez anglais, commencez la semaine avec un événement très spécial: participez lundi 30 novembre à 18h00, heure de Paris, à un Google hangout en direct de Kourou où vous pourrez poser vos questions en direct aux responsables de la mission et du lancement.

Vous pouvez aussi retrouver Antoine et Joseph sur la vidéo du cours Gravity! consacrée à LISAPathfinder, ainsi que d’autres membres de la collaboration LISAPathfinder comme son responsable scientifique, Stefano Vitale.

30 Novembre : Hangout en direct de la rampe de lancement de Kourou

Pierre Binétruy et Volker Beckman vous invitent à participer à un hangout en direct du Centre Spatial Français de Kourou, où le satellite LISAPathfinder attend son lancement. Ce Hangout se tiendra le 30 Novembre, à 17 :00 Heure GMT (18 :00 heure de Paris et 14 :00 heure de Kourou).

La mission LISAPathfinder testera des technologies essentielles pour le futur de l’observation des ondes gravitationnelles prévue pour les années 2030 par l’Agence Spatiale Européenne. Le lancement est programmé pour le 2 Décembre à 4 :15 heure GMT.

Ce sera une rare opportunité de tester l’atmosphère d’un centre spatial quelques heures avant le lancement.

Notre hôte pour cet événement sera à Kourou, Paul McNamara, ESA, Responsable Scientifique de la mission LISAPathfinder

paul_mcnamara« Mon nom est Paul McNamara, et je suis le responsable scientifique du projet LISA Pathfinder à l’Agence spatiale européenne (ESA). Je fais partie du projet LISA Pathfinder et LISA depuis le début de mon doctorat à l’Université de Glasgow en 1994. Après mon doctorat, j’ai continué mes recherches dans la détection des ondes gravitationnelles dans l’espace, à l’Université de Glasgow, avant de passer à la NASA au Goddard Space Flight Center dans le Maryland, USA. Ce fut ma première expérience de travail pour une agence spatiale. En 2005, je suis venu à l’ESA en qualité de responsable scientifique du projet LISAPathfinder.

Le travail du responsable scientifique du projet est de gérer l’exploitation scientifique de la mission… pour nous assurer que nous obtenons autant de retours scientifiques que possible. Je coordonne également les différentes équipes universitaires qui seront impliquées dans l’analyse des données et le fonctionnement de l’instrumentation scientifique.

Afin de remplir mes responsabilités, je dois travailler en étroite collaboration avec l’équipe d’ingénieurs de l’ESA, les équipes d’exploitation à la fois du Centre Européen d’Astronomie Spatiale (ESAC), et du Centre Européen d’Opérations Spatiales (ESOC), ainsi qu’avec les groupes universitaires impliqués dans la mission. »

 

Il sera accompagné par :

César García, ESA, Responsable de la mission LISAPathfinder

cesar_garcia« Je suis César García. Je vis aux Pays-Bas ; mon pays natal est l’Espagne. Je suis ingénieur en aéronautique de formation, ingénieur de systèmes spatiaux et j’ai un MBA.
Aux Pays-Bas, je travaille à l’Agence Spatiale Européenne en qualité de gestionnaire du projet LISAPathfinder. Mon travail consiste à développer, lancer et exécuter les opérations de mise en orbite jusqu’à ce que nous ayons confiance dans son fonctionnement (nous appelons cela le programme de mise en service – en orbite); et ma responsabilité est de le faire tout en respectant les aspects scientifiques, le planning et les exigences budgétaires. Cela implique beaucoup de personnes qui rendent tout cela possible.  »

 

Jon Harr, CNES, Directeur des Opérations,

Opérationnels à Jupiter 2, pendant chronologie VV05, le 22/06/2015.« Je suis le directeur des opérations (DDO est l’abréviation française) au CNES, ce qui signifie que je suis responsable des opérations menées, par exemple :

– Préparer le vaisseau spatial (payload) avant son intégration sur le lanceur,
– Préparer l’environnement nécessaire pour les opérations de lancement: la sécurité, la sécurité au sol, de la logistique, de l’énergie / air controle, des télécommunications, de l’optronique, synchronisation temporelle, de télémétrie (stations au sol et des systèmes de traitement en temps réel), le positionnement (radars et systèmes de traitement en temps réel). La station au sol de télémétrie comprend plusieurs stations dans le monde entier afin de suivre le lanceur.
– Enfin, au cours de la dernière partie de la campagne de lancement, le DDO est responsable de l’opération de lancement effectué à partir de la salle de contrôle Jupiter 2. Le DDO n’est pas responsable de la préparation et de l’exploitation du lanceur.

 

Vicki Lonnon, Airbus D & S, Ingénieur Assurance Qualité

vicki_lonnon« Je suis Vicki Lonnon, du Royaume-Uni. Je travaille pour Airbus Defence & Space et depuis deux ans et demi je suis Ingénieur Assurance Qualité pour le satellite LISAPathfinder. J’interviens dans l’équipe Assemblée Intégration & Test, qui est responsable de l’assemblage du vaisseau spatial, d’effectuer les tests et de s’assurer que toutes les demandes de notre client, l’ESA, sont bien remplies. Comme Ingénieur Assurance Qualité, je suis impliquée dans toutes les opérations intervenant sur le vaisseau spatial, c’est un beau mélange de travail manuel avec le matériel de vol et de travail de bureau à la révision ou l’écriture des procédures à suivre ».
Vicki écrit un blog personnel sur la campagne d’essais et le lancement ici.

 

Le Hangout Google sera retransmis en direct sur Google Hangouts and Youtube pendant environ 60 minutes, pendant lesquelles vous pourrez suivre les questions et réponses en direct.

 

Prêt pour l’espace

Nous sommes maintenant à moins de 5 jours du lancement!

Vega_VV06_upper_composite_being_hoisted_up_to_the_top_of_the_mobile_gantryLundi 16 Novembre, tous les rubans rouges ont été enlevés. Le satellite LISAPathfinder et son module de propulsion ont été montés sur l’adapteur de charge utile et intégrés dans la coiffe. Le satellite n’est maintenant plus visible. La prochaine fois qu’il reverra la lumière des étoiles sera 3 minutes et 54 secondes après le lancement.

Vega_VV06_upper_composite_transferred_to_launcher_assembly_area

Le mercredi 18, il a été transporté sur le pas de lancement et le jeudi  19 intégré au lanceur, la fusée Vega. Les jours suivants, plusieurs vérifications de connexions électriques et de batteries ont été faites.

L’AVUM (Attitude Vernier Upper Module – l’étage supérieur de la fusée Vega) commence à être alimenté en carburant. En parallèle, on procède dans la salle de contrôle à des vérifications et répétitions de dernière minute.

Tout est prêt pour s’élancer dans l’espace!

 

L’ESA invite la presse internationale à un dernière visite du satellite LISAPathfinder avant son départ pour Kourou

Prévu pour un lancement sur Vega en Novembre, l’ESA s’apprête à débuter les préparatifs du lancement en Septembre, au centre de lancement européen de Kourou en Guyane française, qui apportera la démonstration de la technologie de détection des ondes gravitationnelles. Les médias sont invités à se joindre à l’ESA et à Airbus Defence & Space au centre d’essai spatial de IABG à Ottobrunn, près de Munich, en Allemagne, pour voir une dernière fois LISA Pathfinder avant qu’il ne parte pour le site de lancement.

LISA Pathfinder permettra d’ouvrir une toute nouvelle fenêtre d’observation sur l’Univers gravitationnel, en apportant les nouvelles technologies nécessaires à la mesure les ondes gravitationnelles dans l’espace. Prédites par Albert Einstein, ces ondes sont des ondulations dans la courbure de l’espace-temps et sont produites par des corps célestes massifs. Comprendre leur signature en dira beaucoup aux scientifiques sur les trous noirs, les systèmes binaires d’étoiles et autres objets exotiques.

Les médias sont invités à se joindre à l’ESA, Airbus DS et les scientifiques et partenaires de LISAPathfinder le mardi 1er Septembre à partir de 11h00 CEST, au centre d’essai de spatial IABG à Ottobrunn, près de Munich, en Allemagne.

Pour vous abonner et en savoir plus, consultez cette page.

 

Communiqué de l’ESA : « LISAPathfinder se prépare pour ses derniers examens avant l’été »

L’été arrive et, comme de nombreux étudiants à travers l’Europe, la mission technologique de l’ESA, LISAPathfinder, subit ses derniers examens avant l’été. Elle est actuellement au centre de test IABG, à Ottobrunn en Allemagne.

« Tout se passe comme prévu, et nous sommes à l’heure, ce qui est le plus important » dit Ulrike Ragnit, responsable  de la campagne de tests et du lancement de LISAPathfinder.

LISA_Pathfinder_at_test_centre_large

Le satellite LISAPathfinder consiste en un module scientifique, qui contient l’expérience scientifique, et un module de propulsion (séparable) qui permettra de transférer le module scientifique jusqu’à son orbite opérationnelle (au point de Lagrange L1), à 1.5 million de kilomètres de la Terre dans la direction du Soleil. Depuis leur arrivée à l’IABG en Mars, les deux modules ont été testés — la plupart du temps séparément. Ceci a permis aux ingénieurs de conduire des activités en parallèle, augmentant ainsi l’efficacité et améliorant le calendrier. Ces tests ont confirmé que tous les systèmes du satellite fonctionnent comme attendu.

Pour le texte complet du communiqué de presse de l’ESA (en anglais) et plus de photos:

http://sci.esa.int/lisa-pathfinder/55970-lisa-pathfinder-prepares-for-final-exams/

1 2